Les freins à l’adoption du e-learning dans les entreprises

L’efficacité des formations e-learning est maintenant largement reconnue par les entreprises. Pourtant il subsiste encore des freins et limites dans l’introduction des pratiques digitales.

Ces dernières années, l’apprentissage au travers du digital a pris une place plus importante au sein du département formation des entreprises. Au cours de l’année 2015, 90% des entreprises interrogées par l’association AFINEF(Association Française des Industriels du Numérique de l’Éducation et de la Formation), ont indiqué avoir utilisé y compris occasionnellement le e-learning pour la formation de leurs salariés.

Baromètres AFINEF – E-Learning en France – Édition 2015

Les différentes solutions d’apprentissage en e-learning permettent d’accéder à des formations à tout instant, sur de nombreux devices, sans avoir besoin de se déplacer et surtout sans la présence physique d’un formateur. Cependant, cette souplesse d’apprentissage peut aussi transformer l’outil en objet froid et décourageant pour les apprenants : Quels sont donc les freins à l’adoption du e-learning dans les entreprises ?

Freins culturels

Selon l’étude de l’AFINEF, pour 45% des répondants, le principal frein au e-learning est culturel. Ce support de formation accorde plus d’autonomie et de liberté à l’apprenant, mais ce dernier doit s’impliquer individuellement dans son apprentissage. Ce bouleversement des rôles dans lequel l’apprenant devient acteur de son apprentissage et dans lequel le manager peut suivre l’évolution des acquis, demande à l’apprenant plus d’engagement dans sa formation. Ainsi, le salarié en formation ne peut pas faire l’impasse sur des sections du cours e-learning car ses connaissances sont évaluées en permanence. Les départements formation doivent donc se doter d’un budget communication pour faire adhérer les salariés dans cet enseignement permanent.

Freins budgétaires

La principale motivation des entreprises pour la mise en place d’une plateforme de formation e-learning est de réduire et optimiser les coûts. Dans le baromètre 2015 du e-learning, ce critère arrive en première position pour 63% des entreprises interrogées. Cependant, pour mettre en œuvre un dispositif e-learning, il est nécessaire de prévoir une phase d’investissement pas toujours compatible avec une stratégie de réduction immédiate des coûts de formation.

Mauvaises expériences antérieures

Les plateformes LMS sont en perpétuelle évolution pour s’adapter aux nouveaux besoins des départements formation, répondre aux défis du numérique et de l’individualisation. Cependant, il faut séduire et convaincre des salariés qui ont « subi » des formations massives, parfois pauvres en pédagogie et en interactivité.   Ainsi, les contenus e-learning « par défaut & sans personnalisation » sont révolus. D’autre part, la nouvelle génération de plateforme LMS permet de développer de l’interactivité et d’adapter les supports et les thèmes de formation aux besoins de chaque individu.

Baromètres AFINEF – E-Learning en France – Édition 2015

Freins techniques

La multiplicité des outils utilisés lors des formations en e-learning, vidéos interactives, rapid learning, social learning, serious game, mobile learning, ne sont pas toujours compatibles avec l’infrastructure des entreprises. Certaines font face à des freins techniques du fait d’une certaine obsolescence du matériel et des réseaux informatiques ou alors à de réelles lacunes en matière de transformation digitale.

Freins organisationnels et managériaux

Il n’est pas forcément évident de trouver du temps pour étudier et suivre des formations sur son lieu de travail. Les bureaux fermés se raréfient et les plateaux en open space ou les zones de coworking n’incitent pas les apprenants à débuter une formation dans le calme.  De plus, le manager n’est pas toujours impliqué dans le programme de formation et celui-ci peut s’opposer à ce qu’un salarié présent physiquement à son bureau se consacre à une activité autre que son travail. Pour éviter cette situation, certaines sociétés ont mis à disposition des salles de formation afin que le salarié accède à sa formation sur des temps dédiés et dans de bonnes conditions. Cependant ce choix nécessite des moyens financiers et des locaux disponibles pour cet espace dédié à la formation professionnelle.

La présence de ces freins ne limite pas la montée en puissance du e-learning dans les offres de formation des entreprises et encore moins la décision de rénover fondamentalement les modalités pédagogiques. En effet, le e-learning dispose de nombreux avantages aux yeux des dirigeants :

  • Réduction / optimisation des coûts de formation
  • Amélioration de la qualité et efficacité de la formation
  • Diffusion des formations à une plus grande échelle

Pour illustrer cette tendance durable, 1/3 des entreprises interrogées dans l’étude AFINEF (contre 6% actuellement), pourraient avoir recours au e-learning pour 51 % de leurs plans de formation à l’horizon 2020.

Nos dernières actualités

Prochain événement

Accédez à la Newsroom